Toute oeuvre d'art est l'enfant de son temps et, bien souvent, la mère de nos sentiments.

Wassily Kandinsky
 

Parcours / Contact

 L’école qui m’a formée à la peinture est l'Académie de Peinture Orientale de Paris. Créée en 1964 par le Maître Coréen Ung-No Lee,  avec l'appui de Vadime Elisseeff, concervateur au  musée Cernuschi, elle est aujourd'hui dirigée par In-Kyung Park, son épouse et son fils Young-sé  Lee.

 L’enseignement que j’ai suivi a commencé par l’apprentissage de la calligraphie Chinoise en étudiant la composition des caractères et les différents styles en partant de la copie des     maîtres Anciens. Ensuite ce fut, avec la peinture, l'étude de la nature. En Extrême-Orient peindre et calligraphier participent de la même démarche picturale. Cet apprentissage est long. Dix années n’y suffisent pas.

Dans mon atelier, je réserve un temps pour améliorer la qualité de mon trait et de mon dessin grâce à la calligraphie chinoise.
Tous les instants à l'extérieur sont source de croquis à l'encre ou au stylo. J'ai toujours un carnet de croquis sur moi pour dessiner surtout les gens, les visages, leurs expressions. Mais aussi les paysages, les arbre, l'eau.

L'essentiel de mon œuvre est dans le jeu
 des personnages que je mets en scène. J'ai posé un autre regard sur moi et les autres avec l'art-thérapie. Lorsque je peins, j’ai la sensation de sculpter chaque personnage, visage, en faisant pénétrer l’encre jusque au cœur du papier. Jeu de l’eau et de l’encre. Organisation des espaces, des vides, d’où naissent le dialogue, le mouvement. C’est un travail de l’instant. Il n’est pas possible de revenir sur la forme, l’effacer, mais l’accueillir. Simplement composer avec ce qui surgit. Mes croquis sont devenus de plus en plus rapides afin de saisir l’instant : espace, poids, courbure, butée, motivation, soubresaut, orientation, regard, respiration qui modulent le corps. Chant, ritournelle, qui organisent nos mouvements. Murmure intérieur qui accompagne notre marche, déplacement, langage, dialogue avec les autres. 
Le choix de travailler avec peu de couleurs laisse toute ma concentration dans la force, l’intention de mon geste.

Le tai chi que je pratique régulièrement m’apportent une façon de vivre, habiter mon corps qui influe sur le tracer du pinceau, la consistance de mon trait, son amplitude.
Je concentre ma recherche dans ce geste du pinceau. Qu'il soit habité par mon intériorité, qu'il en est la résonnance. Saisir l'essentiel, aller vers une abstraction des formes.
Chaque réalisation est  une rencontre  poétique qui transcrit ce qui me touche.

 Les expositions : cliquez ici

Inscrite à la Maison des Artistes,
   
http://www.artistescontemporains.org/noelle-same,2705.html

Noëlle Samé
Tél.
 06 80 85 92 23
Mail : ateliers2010@gmail.com
84190 Beaumes-de-Venise (Vaucluse)